Etre et avoir

> Parmi mes meilleurs auxiliaires,
> > > >
Il est deux verbes originaux.
> > > >
Avoir et Être étaient deux frères
> > > >
Que j’ai connus dès le berceau.
> > > >
> > > >
> > > >
Bien qu’opposés de caractère,
> > > >
On pouvait les croire jumeaux,
> > > >
Tant leur histoire est singulière.
> > > >
Mais ces deux frères étaient rivaux.
> > > >
> > > >
> > > >
Ce qu’Avoir aurait voulu être
> > > >
Être voulait toujours l’avoir.
> > > >
À ne vouloir ni dieu ni maître,
> > > >
Le verbe Être s’est fait avoir.
> > > >
> > > >
> > > >
Son frère Avoir était en banque
> > > >
Et faisait un grand numéro,
> > > >
Alors qu’Être, toujours en manque.
> > > >
Souffrait beaucoup dans son ego.
> > > >
> > > >
> > > >
Pendant qu’Être apprenait à lire
> > > >
Et faisait ses humanités,
> > > >
De son côté sans rien lui dire
> > > >
Avoir apprenait à compter.
> > > >
> > > >
> > > >
Et il amassait des fortunes
> > > >
En avoirs, en liquidités,
> > > >
Pendant qu’Être, un peu dans la lune
> > > >
S’était laissé déposséder.
> > > >
> > > >
> > > >
Avoir était ostentatoire
> > > >
Lorsqu’il se montrait généreux,
> > > >
Être en revanche, et c’est notoire,
> > > >
Est bien souvent présomptueux.
> > > >
> > > >
> > > >
Avoir voyage en classe Affaires.
> > > >
Il met tous ses titres à l’abri.
> > > >
Alors qu’Être est plus débonnaire,
> > > >
Il ne gardera rien pour lui.
> > > >
> > > >
> > > >
Sa richesse est tout intérieure,
> > > >
Ce sont les choses de l’esprit.
> > > >
Le verbe Être est tout en pudeur,
> > > >
Et sa noblesse est à ce prix.
> > > >
> > > >
> > > >
Un jour à force de chimères
> > > >
Pour parvenir à un accord,
> > > >
Entre verbes ça peut se faire,
> > > >
Ils conjuguèrent leurs efforts.
> > > >
> > > >
> > > >
Et pour ne pas perdre la face
> > > >
Au milieu des mots rassemblés,
> > > >
Ils se sont répartis les tâches
> > > >
Pour enfin se réconcilier.
> > > >
> > > >
> > > >
Le verbe Avoir a besoin d’Être
> > > >
Parce qu’être, c’est exister.
> > > >
Le verbe Être a besoin d’avoirs
> > > >
Pour enrichir ses bons côtés.
> > > >
> > > >
> > > >
Et de palabres interminables
> > > >
En arguties alambiquées,
> > > >
Nos deux frères inséparables
> > > >
Ont pu être et avoir été.

Laisser un commentaire